Blog Image

plongée Ketos

A propos du blog Ketos

Bonjour à tous,écrivez nous,donner votre avis sur ce que vous avez vécu et ressenti sur notre bateau.
Venez lire notre passion au quotidien.

A bientôt Marie Josée,Nadine et Alberto

Les contre-indications à la plongée

Santé et bien-être Posted on 20 May, 2018 22:32:18

Contre-indications
médicales pour plonger ?

Pour
pratiquer la plongée en bouteille

Il faut un certificat médical de non contre-indication
à la pratique de la plongée, datant de moins d’un an
.

Pour débuter, ce certificat peut être réalisé par votre médecin
traitant généraliste, si vous passez des brevets techniques (à partir du
niveau 2 de plongeur) vous devrez consulter un médecin plus spécialisé ou un
médecin fédéral. Plus de renseignements sur le site de la Commission
Médicale et de Prévention.

CONTRE-INDICATIONS à la PLONGEE en SCAPHANDRE AUTONOME

Cette liste est
indicative et non limitative. Les problèmes doivent être abordés au cas
par cas, éventuellement avec un bilan auprès d’un spécialiste, la décision
tenant compte du niveau technique (débutant, plongeur confirmé ou encadrant).

Cardiologie :

Contre
indications définitives :

Cardiopathie
congénitale

Insuffisance
cardiaque symptomatique

Cardiomyopathie
obstructive

Pathologie
avec risque de syncope

Tachycardie
paroxystique

BAV II ou
complet non appareillés

Contre
indications temporaires :

Hypertension artérielle non
contrôlée

Coronaropathies :
à évaluer(*)

Péricardite

Traitement
par anti-arythmique

Traitement
par bêtabloquants par voie générale ou locale: à évaluer(*)

Shunt
D G découvert après accident de décompression à symptomatologie cérébrale
ou cochléo-vestibulaire : à évaluer (*)

Oto-rhino-laryngologie :

Contre
indications définitives :

Cophose
unilatérale

Évidement
pétromastoïdien

Ossiculoplastie

Trachéostomie

Laryngocèle

Déficit
audio. bilatéral à évaluer par audiométrie

Otospongiose
opérée

Fracture
du rocher

Destruction
labyrinthique uni ou bilatérale

Fistule
péri-lymphatique

Déficit
vestibulaire non compensé

Contre
indications temporaires :

Chirurgie otologique

Épisode
infectieux

Polypose
nasosinusienne

Difficultés
tubo-tympaniques pouvant engendrer un vertige alterno-barique

Crise
vertigineuse ou au décours immédiat d’une crise

Tout
vertige non étiqueté

Déficit vestibulaire
sup. ou égal à 50% (6 mois)

Perforation
tympanique(et aérateurs trans-tympaniques)

Barotraumatismes
de l’oreille interne

ADD
labyrinthique + shunt D-G : à évaluer(*)

Pneumologie :

Contre
indications définitives :

Insuffisance respiratoire

Pneumopathie
fibrosante

Vascularite
pulmonaire

Asthme :
à évaluer (*)

Pneumothorax
spontané ou maladie bulleuse, même opéré

Chirurgie
pulmonaire

Contre
indications temporaires :

Pathologie
infectieuse

Pleurésie

Traumatisme
thoracique

Ophtalmologie :

Contre
indications définitives :

Pathologie
vasculaire de la rétine, de la choroïde, ou de la papille,non stabilisées,
susceptibles de saigner

Kératocône
au delà du stade 2

Prothèses
oculaires ou implants creux

Pour les
N3, N4 , et encadrants : vision binoculaire<5/10 ou si un
œil<1/10,l’autre <6/10

Contre
indications temporaires :

Affections
aigues du globe ou de ses annexes jusqu’à guérison

Photokératectomie
réfractive et LASIK : 1 mois

Phacoémulsification-trabéculectomie
et chirurgie vitro-rétinienne : 2 mois

Greffe de
cornée : 8 mois

Traitement
par béta bloquants par voie locale : à évaluer(*)

Neurologie :

Contre
indications définitives :

Épilepsie

Syndrome
déficitaire sévère

Pertes de
connaissance itératives

Effraction
méningée neurochirurgicale, ORL ou traumatique

Contre
indications temporaires :

Traumatisme crânien grave à évaluer

Psychiatrie :

Contre
indications définitives :

Affection
psychiatrique sévère

Incapacité
motrice cérébrale

Éthylisme
chronique

Contre
indications temporaires :

Traitement
antidépresseur, anxiolytique, par neuroleptique ou hypnogène

Alcoolisation
aiguë

Hématologie :

Contre
indications définitives :

Thrombopénie
périphérique, thrombopathies congénitales.

Phlébites
à répétition, troubles de la crase sanguine découverts lors du bilan d’une
phlébite.

Hémophiles
: à évaluer (*)

Contre
indications temporaires :

Phlébite
non explorée

Gynécologie :

Contre
indications temporaires :

Grossesse

Métabolisme :

Troubles métaboliques ou endocriniens sévères.

Contre indications définitives :
Diabète traité par insuline : à évaluer (*)
Diabète
traité par antidiabétiques oraux (hormis biguanides)
Contre indications temporaires : Tétanie /
Spasmophilie

Dermatologie :

Différentes affections peuvent entraîner des
contre-indications temporaires ou définitives selon leur intensité ou leur
retentissement pulmonaire, neurologique ou vasculaire.

Gastro-Entérologie :

Contre indications définitives : Manchon anti-reflux Contre indications temporaires
Hernie hiatale ou
reflux gastro-œsophagien à évaluer

Toute
prise de médicament ou de substance susceptible de modifier le comportement
peut être une cause de contre-indication

La survenue d’une maladie de cette liste
nécessite un nouvel examen

Toutes les pathologies affectées
d’un (*) doivent faire l’objet d’une évaluation, et le certificat médical de
non contre indication ne peut être délivré que par un médecin fédéral

La reprise de la plongée après un
accident de désaturation, une surpression pulmonaire, un passage en caisson
hyperbare ou autre accident de plongée sévère, nécessitera l’avis d’un Médecin
Fédéral ou d’un médecin spécialisé selon le règlement intérieur de la C.M.P.N.




Bapteme de plongée

Formation et Technique Posted on 16 May, 2018 21:54:40

Le baptême est la 1ère incursion dans le monde du silence, il suffit d’être en bonne santé, accessible à tous à partir de 8 ans. Il permet accompagné d’un moniteur, de découvrir la beauté des fonds sous-marins en toute sécurité. Un baptême dure de 20 à 40 minutes et se déroule entre la surface et 2 à 6 m de fond.



Araignée de mer

La Faune et la Flore Posted on 07 May, 2018 22:56:41

Araignée de mer: vit en mer Méditerranée où elle est appelée “esquinade”. Sa carapace est aussi épineuse que celle du tourteau est lisse.
En ce moment il y en a une belle qui se promène aux Sardinaux!



Parachute de palier

Formation et Technique Posted on 22 Apr, 2018 21:31:47

Quel parachute de palier
choisir ?

DAN / Alert Diver.

Les parachutes de palier ne sont pas nouveaux. Ils existent en différentes
couleurs, longueurs et matières et offrent différentes fonctionnalités. À quoi
faut-il penser lors du choix d’un parachute de palier ?

Jaune, orange, vert, rose, bicolore… quelle est la bonne couleur ?

Dans l’univers chamarré de la plongée, on pourrait avoir envie d’assortir
la couleur du parachute de plongée à celle des palmes. Cela dit, comment faire
un choix de couleur judicieux ? Que signifient les différentes couleurs, si
tant est qu’elles aient une signification ?

Commençons par nous pencher sur l’utilité d’un parachute de palier. Sa
fonction est en fait très simple : il doit attirer
l’attention et assurer la visibilité du plongeur
.

Dans l’industrie maritime, l’équipement de sauvetage est soumis à
différentes contraintes réglementaires. En effet, conformément à la Convention
internationale sur la sauvegarde de la vie humaine en mer (SOLAS, Safety Of
Life At Sea) et au recueil sur les engins de sauvetage (LSA, Life-Saving
Appliance Code), tous les équipements de sauvetage doivent être fabriqués dans
une couleur hautement visible afin d’en faciliter la détection.

Même si le parachute de palier n’est pas considéré comme un équipement de
sauvetage, il a une fonction similaire, puisqu’il permet d’éviter que le
plongeur ne s’égare en améliorant sa visibilité. Il n’est toutefois soumis à
aucune exigence réglementaire. Aucune couleur n’est obligatoire, même s’il est généralement admis par les organismes marins et de
sauvetage, que l’orange, le jaune, et dans une
moindre mesure le rouge, constituent les choix de couleur les plus appropriés
.

La seule exigence, commune à l’ensemble de la communauté de plongeurs, est l’utilisation
d’une couleur hautement visible. Mais la couleur en soi n’est pas précisée.

Le plus important est que la couleur contraste avec la surface de l’eau (et
l’air). Des études ont été réalisées pour tenter de déterminer la couleur la
plus appropriée, mais les résultats de ces études ne sont pas toujours
cohérents. La couleur des mers où l’on plonge varie, et l’efficacité de la
couleur du parachute de palier peut également être influencée par la lumière du
soleil.

L’orange est-il plutôt utilisé pour les paliers de
décompression et de
sécurité, et le jaune pour les urgences ?

De même qu’il n’existe aucun consensus international sur la couleur du
parachute de palier, la signification des couleurs échappe elle aussi à un
consensus mondial. Dans certaines régions ou parmi certains groupes de
plongeurs, il est généralement admis que l’orange doit être utilisé dans les
situations normales et le jaune dans les situations d’urgence. Dans certains
cas, les plongeurs accrochent au parachute jaune une ardoise portant un message
spécifiant le type d’urgence et l’assistance requise. Cela implique pour les
plongeurs le port de deux parachutes de palier afin de déployer l’un ou l’autre
en fonction de ce qu’ils veulent communiquer à l’équipe de surface. Celle-ci peut
ainsi réagir plus vite et a parfois de plus grandes chances de résoudre la
situation d’urgence.

Mais ce principe ne fonctionne que si tous les plongeurs de la palanquée
sont munis de deux parachutes. Dans la réalité, la plupart des plongeurs n’en
portent qu’un, dont la couleur peut en outre varier fortement.

Certains parachutes de palier peuvent même comporter deux couleurs : jaune
d’un côté et orange de l’autre, la raison étant que l’orange est plus visible
en plein soleil, tandis que le jaune est plus visible à la tombée du jour. Il
va de soi que ce type de parachute de palier ne peut être utilisé pour indiquer
une situation d’urgence spécifique.

Notons par ailleurs que, quelle que soit la couleur choisie, celle-ci doit
avant tout améliorer la visibilité du plongeur, et sa signification en cas
d’urgence doit être convenue avant la plongée.

Quid de la longueur et du matériel utilisé ?

Sachant que le parachute de palier a pour but d’améliorer la visibilité,
une trop petite longueur ou un diamètre restreint réduiront la distance à
laquelle le plongeur peut être repéré, en particulier dans des conditions de
houle, par exemple. D’un autre côté, s’il est trop long, le plongeur pourra
éprouver des difficultés à le maintenir droit.

Le matériel dans lequel il est fabriqué ne change rien en termes de
visibilité, mais peut avoir un impact sur la qualité, et donc la durabilité du
parachute. Les modèles en plastique ou en PVC sont scellés hermétiquement sur
toute la longueur du parachute, mais ces matériaux utilisent un système de thermo
scellage moins robuste que les modèles en nylon, qui sont cousus et comportent
parfois une vésicule interne, comme le gilet de stabilisation. Par ailleurs,
les modèles en nylon les plus onéreux offrent souvent des fonctionnalités
supplémentaires qui en augmentent l’efficacité.

Extrémité inférieure ouverte ou auto-obturante ?

Certains parachutes de palier restent ouverts au niveau de l’extrémité
inférieure. Ils sont gonflés à l’aide de l’octopus, ou détendeur de secours,
pour être envoyés vers la surface. L’excès d’air s’évacue par le bas, évitant
l’éclatement du parachute suite à l’augmentation du volume d’air pendant la
remontée. Ces parachutes présentent le risque, lorsqu’ils sont envoyés depuis
une grande profondeur, de « s’affaisser » en atteignant la surface, et de
laisser s’échapper l’air qu’ils contiennent. La conséquence étant qu’ils
peuvent soit couler, soit rester partiellement gonflés à la surface, et perdre
dès lors en efficacité.

Le modèle auto-obturant, quant à lui, évite que de l’air ne s’échappe par
le bas. Ainsi, tant que le plongeur maintient le dévidoir et la ligne
(nécessaires pour envoyer le parachute à la surface) sous tension, le parachute
reste droit. En effet, précisons que la ligne doit rester suffisamment tendue
pour éviter que le parachute ne s’affaisse une fois qu’il atteint la surface.
Les parachutes auto-obturants disposent d’une valve de surpression ou de
décharge afin d’éviter qu’ils n’éclatent pendant la remontée.

Même s’ils sont déployés directement à la surface, et non en profondeur,
les modèles auto-obturants facilitent la vie du plongeur, car ils ne laissent
pas s’échapper d’air s’ils s’inclinent ou s’affaissent.

Il existe également des modèles gonflables à la bouche, à l’aide d’une
petite bouteille d’air ou du tuyau de l’inflateur. Toutes ces fonctionnalités
peuvent fournir des avantages supplémentaires, si ce n’est que le tuyau de
l’inflateur présente le risque d’entraîner un gonflage incontrôlé du parachute
de palier. Quoi qu’il en soit, comme pour tout équipement de sécurité, il faut
apprendre à l’utiliser avant de se retrouver dans une situation d’urgence.

Fonctionnalités supplémentaires

Certains parachutes de palier sont dotés de bandes réfléchissantes qui les
rendent visibles la nuit lors du déploiement de phares de recherche. D’autres
modèles comportent une attache sur le dessus pour la fixation d’une lampe à
éclats ou d’un bâton lumineux, également utiles la nuit. Il existe même une
marque de parachute munie d’une poche destinée à accueillir un émetteur
d’urgence de la même marque.

D’autres parachutes de palier comportent une poche en dessous, soit vide
soit remplie d’équipements d’urgence supplémentaires, ou encore destinée au
rangement d’un mini dévidoir. En effet, rappelons que le dévidoir, généralement
vendu séparément, est nécessaire pour déployer le parachute depuis la
profondeur.

Le parachute de palier revêt une importance capitale
lorsque le plongeur se retrouve hors de vue, loin du bateau de plongée ou de la
côte. Dans une telle situation, on souhaiterait avoir le meilleur parachute qui
soit. C’est exactement ce qu’il faut avoir à l’esprit lors de l’achat d’un
parachute de palier. En effet, le prix ne doit pas constituer le facteur
décisif lorsqu’il s’agit d’un dispositif en mesure de sauver la vie. La qualité
et l’utilité sont les deux attributs pouvant faire la différence en cas de
péril.

Parachute de palier ou bouée de plongée ?

Attention de ne pas confondre le parachute de palier (Delayed Surface
Marker Buoy ou DSMB en anglais) avec la bouée de signalisation de plongée
(Surface Marker Buoy ou SMB en anglais). Il s’agit en effet de deux équipements
bien différents malgré la similitude des noms anglais. Une bouée de plongée est
composée d’un simple flotteur surmonté d’un pavillon de plongée, et est
maintenue à la surface de l’eau durant toute la durée de la plongée pour
indiquer la présence de plongeurs sous l’eau.



Secourisme

Santé et bien-être Posted on 12 Apr, 2018 15:55:23

Contrôler les signes vitaux

Article rédigé par le personnel de DAN

Pouvoir rapidement et correctement
administrer les soins d’urgence peut faire la différence entre la vie et la
mort pour un élève plongeur ou un binôme. Peu importe votre niveau personnel d’expérience
en gestion et réactions face aux urgences, la capacité à fournir les meilleurs
soins possibles nécessite des mises à jour régulières, même pour les techniques
les plus rudimentaires, comme le contrôle des fonctions vitales. Pendant votre
formation, vous avez appris à contrôler les fonctions vitales, mais il est
probable que vous n’avez pas eu besoin de beaucoup pratiquer ces techniques.
Des contrôles précis de la condition d’une personne fournissent aux secours
médicaux non seulement une bonne base pour continuer les soins, mais ils
peuvent également accélérer les interventions médicales nécessaires et procurer
un bilan utile sur la condition du patient. Quel est votre niveau de
préparation à appliquer vos techniques de gestes élémentaires de survie pour
évaluer l’état d’un patient?

Le temps

Dans la réaction aux urgences, le temps
est le paramètre fondamental. Enregistrer régulièrement la condition du patient
et le temps écoulé correspondant sont des éléments essentiels pour avoir un
bilan précis de ses symptômes. Les bilans sont utilisés pour déterminer si la
condition de la personne s’aggrave et si une intervention médicale est
nécessaire. Il faut réévaluer les fonctions vitales des patients gravement
malades toutes les quelques minutes, alors que, pour les patients dont l’état
est stable, le contrôle des fonctions vitales peut s’effectuer toutes les
heures.

Le niveau de conscience

Le niveau de conscience d’un patient
(NCP) est probablement l’un des indicateurs les plus révélateurs de son état.
Le NCP est généralement mesuré via quatre questions de base:

Comment vous appelez-vous?

Savez-vous où nous nous trouvons?

Quelle heure est-il?

Que s’est-il passé?

Si une personne peut répondre à toutes
ces questions avec une précision raisonnable, vous pouvez évaluer le NCP comme
« alerte et se souvenant des personnes, du lieu, de l’heure et des
circonstances ». Si un patient ne peut pas répondre à ces questions, ou
s’il a perdu connaissance, vous pouvez davantage mesurer son NCP avec des stimulants
verbaux ou douloureux. Cependant, bien que cela fournisse des informations
utiles aux secouristes professionnels, il est peu probable que cela modifie les
soins que vous donnez en tant que professionnel de la plongée.

Le pouls

Le pouls peut être un indicateur très
efficace de l’état d’un patient, surtout si le secouriste mesure davantage que
quelques pulsations. Pour contrôler le pouls d’un patient, placez délicatement
deux doigts soit sur son artère carotide (le long de la trachée, au niveau du
cou) soit sur son poignet, juste derrière la base du pouce (pouls radial). Si
vous ne trouvez pas le pouls, vérifiez d’abord l’emplacement de vos doigts,
puis assurez-vous que vous ne faites pas trop ou insuffisamment pression. Notez
non seulement la vitesse des pulsations, mais également leur force et leur
régularité, car celles-ci peuvent être des facteurs importants pour déterminer
la gravité d’une blessure.

La respiration

Sans oxygène, un corps ne peut pas
survivre plus de quelques minutes, donc vous devez constamment contrôler la
respiration d’un patient. Comme de nombreuses personnes modifieront leur
respiration s’ils savent que vous essayez de compter leurs mouvements
respiratoires, commencez à compter la fréquence respiratoire immédiatement
après avoir mesuré le pouls du patient. Soyez particulièrement attentif au son
de la respiration, notamment: sifflements, souffle haletant ou difficultés
respiratoires – ces symptômes peuvent indiquer au personnel médical l’existence
de conditions particulières.



Les vélelles

La Faune et la Flore Posted on 10 Apr, 2018 18:13:01

Les vélelles.

L’état de nos plages surprend souvent le promeneur ! Des milliers de vélelles bleues
s’échouent sur le littoral en formant un tapis épais. Il s’agit d’un phénomène
naturel. Elles sont portées par les vents et les courants. . Les
vélelles ne sont pas des méduses et ne sont pas urticantes. Une odeur forte et
désagréable se dégage lors de leur décomposition. De forme ovale, elles
mesurent jusqu’à 6 centimètres, d’une belle couleur bleue. Leurs tentacules
leur permettent d’attraper la nourriture. Elles vivent en colonies et nous les
retrouvons souvent sur notre littoral au printemps. Leur nom peut varier en fonction des régions. Chaque unité est en fait
constituée d’une colonie de centaines de polypes, qui sont organisés et
remplissent diverses fonctions. Elles possèdent un disque cartilagineux qui
contient des poches d’air. Ce flotteur est surmonté d’une voile, qui reste
normalement hors de l’eau, et qui augmente ses possibilités de déplacements en
combinant le vent et les courants. La petite voile est d’ailleurs orientée de
biais par rapport à l’axe principal de la colonie, ce qui est peu banal.
Sous l’eau, un polype est chargé de la nutrition. D’autres sont là en
périphérie pour défendre l’organisme par la production de substances faiblement
urticantes, sans danger pour l’homme. D’autres enfin gèrent la
reproduction. Sur les animaux échoués, on ne distingue pas tous ces éléments. Sa
couleur bleue est due à des protéines pigmentées. Après quelques jours, elle
sèche et devient translucide.



Un Drone sous marin.

Plongée sous-marine Posted on 26 Nov, 2017 16:31:23



Combinaison Étanche.

Formation et Technique Posted on 30 Oct, 2017 17:28:12

Plongée en
combinaison étanche

Le cours PADI de plongée en
combinaison étanche

Vous voulez
rester confortablement au chaud pendant une plongée ? Alors, plongez au sec. Et
oui ! Contrairement à une combinaison humide, une combinaison étanche vous isole de l’eau extérieure et vous garde au chaud
! Même dans des eaux très froides.

La partie amusante
Les combinaisons étanches vous permettent de prolonger votre saison de plongée
et de découvrir des sites plus défiants. Revêtu de l’équipement de plongée scaphandre en eaux froides vous
pouvez faire face aux éléments et profiter d’une meilleure visibilité en
général les mois d’hiver.

En
combinaison étanche, vous êtes équipé pour plonger sur les sites de plongée les
plus incroyables dans les régions les plus froides du monde, qui ne peuvent
être appréciés à leur juste valeur qu’en vêtement sec même pendant les mois les plus
chauds de l’année.

Ce que vous apprenez
Vous
acquerrez les connaissances et techniques pour enfiler, plonger avec, retirer
et ranger une combinaison étanche et découvrez les différents types de
combinaisons afin de faire un choix avisé si vous pensez acheter une combinaison
étanche
Vous apprenez:

·
Les
techniques de contrôle de flottabilité en combinaison étanche.

·
L’entretien,
le stockage et la réparation de base d’une combinaison étanche.

·
Les options
de sous-vêtements (polaires et différents types de protections revêtues sous la
combinaison étanche).

Les techniques pratiques que vous maîtriserez pendant le cours:

·
Familiarisation avec la combinaison étanche

·
Contrôle de sécurité

·
Techniques de mise à l’eau

·
Contrôle des binômes

·
Contrôle de la flottabilité

·
Techniques de descente

·
Pivot sur palmes

·
Ludion

·
Techniques pour contrôler un excès de gaz au niveau
des pieds

·
Techniques pour contrôler une valve d’inflation
bloquée

·
Techniques pour contrôler une purge bloquée

·
Procédure de remontée

·
Enlever et remettre son scaphandre et son lestage en
surface

·
Techniques de sortie

·
Retirer, ranger et entretenir une combinaison
étanche



« PreviousNext »